PAGE EN COURS DE CONSTRUCTION

COUV-Aéropostale.jpg

 

MAGELLAN & Cie

Dépôt Légal-quatrième trimestre 2019

192 pages-29,90€

Jean-Antoine Navarro, EL EMIGRANTE ANDALUZ

J'étais allée à Saint-Louis du Sénégal pour croquer avec boulimie ses façades aux balcons ouvragés, ses rues animées, la savane et la brousse. Je voulais voir le fantôme de Pierre Loti dans le quartier des spahis et j'avais embarqué à bord d'un vieux rafiot pour murmurer à l'oreille des marins et les faire parler... 

C'était pour lui. Saint-Louis est fixé dans l'ADN de l'Aéropostale, et tous les avions dans l'ADN de Jean-Antoine Navarro. Jean comme Jean Mermoz, Antoine comme Antoine de Saint-Exupéry, mais ça n'est sûrement que le fruit du hasard. Jean Antoine Navarro, feu mon père, simple ouvrier espagnol, avait fui la guerre d'Espagne. Passionné d'histoire, de géographie, d'exploration et d'aventure, Saint-Ex, Mermoz, Cousteau et Paul-Emile Victor n'avaient aucun secret pour lui. Il se rêvait pilote. Je revois les pages de Courrier Sud sur sa table de chevet.

Ses héros allaient devenir les miens, plus tard, beaucoup plus tard car, au sortir de l'enfance et de l'adolescence on veut surtout s'affranchir de la marque familiale.  Adulte, le sang nous rattrape. Il m'a laissé en héritage et bien ancré dans notre génome, ce goût pour la découverte du monde et ses aventuriers. Ce jour là, au musée de la Poste de Saint-Louis, tout a basculé et à ce stade du voyage, j'ignorais que mon carnet allait prendre de l'altitude...

KRUZ-COUV.jpg

 

MAGELLAN & Cie

Dépôt Légal-quatrième trimestre 2016

140 pages-29,90€

La première fois que je l'ai vu, c'était en avril 2012, le vendredi 6 précisément. Tôt le matin, j'avais rendez-vous à la station de pilotage pour embarquer à bord de la vedette Golfe du Lion avec le pilote Jacques Belli qui devait rentrer un grand voilier russe dans le port de Sète, et l'accoster au quai d'honneur, le quai d'Alger. Le cap-hornier serait la star de notre festival des traditions maritimes, Escale à Sète! 

Nous avons doublé la bouée des six milles à la vitesse de vingt nœuds; elle est nerveuse la petite Golfe du Lion! Le temps était maussade, le ciel gris fondait dans l'eau, il n'y avait pas de limite. Sagement assise parce qu'un peu secouée, en proie à un bouillonnement intérieur, mon cœur battait la chamade, un mélange d'excitation et d'émotion...

(Deux ans plus tard, j'embarquais à bord avec une quarantaine de toiles pour exposer au Musée du World Ocean de Kaliningrad, le port d'attache du grand cap-hornier russe.) 

En Baltique, les jours passent, le temps s'étire. De grands oiseaux de mer glissent l'aile sous le vent, des migrateurs égarés peut-être, je les envie. Les couloirs de migrations sont comme les routes maritimes, belles et dangereuses. Pas d'aiguilleurs du ciel pour guider les escadrilles en partance pour le sud. On navigue à l'estime comme on vole à l'instinct... 

Catalogue-expo-photos-Kruzenshtern.jpg

 

Catalogue de l'exposition photos 2016

Cap-hornier Kruzenshtern

78 pages-15€

" Son appareil photo comme ses crayons ne la quittent jamais. Contrairement à ses œuvres picturales, ses photographies sont méconnues.

Depuis des années, Vivi Navarro s'embarque sur les plus beaux navires du monde. Les images qu'elle capte au long cours auraient pu être de simples notes préparatoires, mais c'est un travail photographique à part entière qu'elle nous livre. "

Karine, 7 GALERIE

 

MAGELLAN & Cie

Dépôt Légal-quatrième trimestre 2014

122 pages-39,50€

1ere-couv-GEANTS-DES-MERS-.jpg

J'avais appareillé de Southampton à bord du porte-conteneurs Marco Polo, le plus gros du monde, navire amiral flambant neuf de la compagnie CMA CGM. C'était le 10 décembre 2012. Il était au terminal conteneurs, amarré au poste 204, tribord à quai, par 50° 54,3599' de latitude nord  et 1°27,3614' de longitude ouest...

J'ai de la chance, un soleil radieux inonde la Manche et les falaises blanches bien découpées. La lumière se propage le long des côtes anglaises du Hampshire et au-delà comme une épidémie solaire. Depuis le petit coucou dans lequel j'avais appris à prier, je l'avais aperçu et déjà reconnu, ça ne pouvait être que lui! Au travers du hublot, j'avais scruté, comme un aigle qui fixe sa proie, pour ne pas faire d'erreurs.

Le géant était là sous quatre portiques, insectes voraces butinant cales et ponts. Les boîtes s'empilaient selon une logique qui m'échappe, liée à la priorité du fret, et moi je trépignais, j'avais rendez-vous avec lui.

Sac à bord pour la tournée du nord, c'est la relève de l'équipage et je tombe à pic pour la passation des commandants et des chefs mécaniciens. Les uns débarquent, les autres embarquent.

J'ai toujours pensé que j'avais beaucoup de chance.

livre 3-A-bord-de-la-Jeanne-d'Arc.jpg
couverture-biladi-pour-le-web.jpg
couverture-Babord-a-quai.jpg